Journée de la jupe

Les lycéens nantais en jupe

Les lycéens élus au Conseil Académique de la Vie Lycéenne, CAVL, ont élaboré en 2013 une action contre le sexisme qui peut être proposée dans tous les lycées de l’Académie de Nantes. Ravis de l’exemplarité de cette proposition, les professeurs et les instances académiques ont soutenu cette initiative intelligente dans une fiche pédagogique qui présente la journée comme ceci dans le dossier de presse : http://asso.i-hej.com/images/editeur/articles/2014/2014-05-16_dossier_presse_ce_que_souleve_la_jupe.pdf

«En 2013, des élèves, élus au Conseil Académique à la vie lycéenne (CAVL) de l’académie de Nantes, se sont mobilisés, au sein d’une commission “discrimination – citoyenneté”, pour la mise en œuvre d’une action de lutte contre le sexisme. Leur constat initial s’appuyait sur le sentiment d’une discrimination quotidienne, au lycée, à l’égard des filles portant atteinte au climat scolaire et au vivre-ensemble au sein du lycée. Ils ont souhaité proposer une action pour favoriser la prise de conscience, susciter les échanges et faire évoluer les représentations de chacun. C’est ainsi qu’est née la journée “Ce que soulève la jupe” empruntant son nom au livre de Christine Bard.» [ndr : sociologue à l’Université d’Angers, le livre est paru en 2010 aux Éditions Autrement, http://asso.i-hej.com/chistine-bard/686-christine-bard… ] «Le principe est le suivant : inviter filles et garçons, élèves et adultes, le temps d’une “journée événement” à porter une jupe ou un auto-collant “je lutte contre le sexisme, et vous ?”. Cette journée propose aux établissements, en partenariat avec notre commission, des animations, dont le port de la jupe, permettant d’ouvrir le débat pour lutter contre les constructions stéréotypées des rapports sociaux de sexe.»

L’Académie de Nantes la propose donc «aux établissements , pour animer cette journée, différentes ressources pour approfondir les échanges sur les différentes formes de discriminations, de sexismes et de préjugés à l’égard des filles : cafés citoyens, débat, pendant la pause méridienne, à partir de supports vidéo ou romans-photos, ouverture de la journée à l’entrée des établissements en piochant des citations stéréotypées qui invitait les élèves à s’interroger sur les préjugés, série d’affichage.»

La première édition a eu lieu le 12 avril 2013 dans 20 lycées de l’académie, un succès évident plébiscité par les professeurs et les lycéens. Cette année, l’opération a été renouvelée dans 23 lycées. HEJ se félicite de cette initiative lycéenne comme une victoire de la liberté des jeunes, liberté dont nous sommes des défenseurs acharnés. Là où cela se gâte et qui est révélateur du climat inquisiteur et réactionnaire apparu à l’occasion de la fameuse ‘Manif pour tous’ de 2013, c’est que le message de cette journée a été transformé par l’Union nationale inter-universitaire (Uni), très peu respectueux de l’information libre.

«Mercredi 14 février, à 7h40, Olivier Vial dénonce dans un tweet une journée contre le sexisme intitulée « Ce que soulève la jupe ». Selon lui, « l’académie de Nantes incite les garçons à porter une jupe et du rouge à lèvres vendredi 16 mai. » Trois heures plus tard à peine, à 10h51, Le Figaro publie un article qui reprend ses accusations (le quotidien écrit d’ailleurs que l’Observatoire a «repéré» l’information dans un deuxième article sur le sujet). Problème: il s’agissait d’un raccourci. L’initiative n’émanait pas de l’Éducation Nationale mais d’élèves élus au Conseil académique à la vie lycéenne (CAVL).»1

Nombre d’associations confessionnelles ou non ont repris l’information erronée et l’affaire est même remontée jusqu’à l’Assemblée Nationale dans une séance de questions au gouvernement, en l’occurrence au ministre de l’Éducation Nationale, Mr Hamon. Inutile d’en rajouter sur la répercussion de tout ceci dans les médias français, européens et même mondiaux2. Quelques uns ont donné la parole à HEJ : Paris-Normandie du 14 Mai 20143 :

Extrait : «L’action nantaise donne en revanche le sourire à Jean Appriou. Le Rouennais est le responsable du site de l’association Hommes en jupe. Et porteur dudit vêtement au quotidien. « Ce sont les codes sociétaux qui disent que les jupes sont pour les femmes et les pantalons pour les hommes. On parle d’identité vestimentaire, pas d’identité sexuelle là ! » Lui porte des jupes pour hommes non pas par provocation ou idéologie mais pour le confort que cela lui procure tout simplement. « On ne touche pas au genre en portant un vêtement ! Les femmes sont-elles devenues des mecs en portant des pantalons ? Non, il y a des endroits où les femmes ne peuvent pas porter de jupe, où elle est cachée. Cette dimension se rajoute à celle de cette action de lutte contre les discriminations et le sexisme » valorise le militant aux mollets découverts. Pour lui, alors que les discriminations semblent en hausse depuis la promulgation de la loi autorisant le mariage aux personnes du même sexe, ce type d’action a sa place dans les lycées. « on ne parle pas de féminisation de l’individu » continue-t-il. « Le message, c’est «Affranchissez-vous !». Porter une jupe, ça ne veut pas dire détruire la société ! Il s’agit d’un droit individuel, d’une liberté individuelle ! Et comme toutes les libertés, elle ne se divise pas. » En appelant à porter la jupe, les lycéens nantais lèvent finalement un tabou. Et un lièvre.»

Les Inrocks du 22 Mai 20144 :

Extrait : «Une liberté vestimentaire pour laquelle se bat l’association les Hommes en jupe (HEJ) depuis sa création en 2007. Rémi Cordonnier, 35 ans, marié et père d’un enfant, en fait partie. Il explique : “On s’ennuie avec la mode masculine actuelle. Quand on voit que les femmes ont le choix entre le pantalon et la jupe, on se dit pourquoi pas nous aussi?“. A cette recherche esthétique s’ajoute une démarche féministe : “Porter une jupe [quand on est un homme – ndlr] c’est aussi faire passer un message d’ouverture, d’égalité”. Rémi est choqué par les réactions très virulentes des associations anti-mariage gay mais a pris le parti de les ignorer. “Chacun fait ce qu’il veut. Il y a des femmes qui ne se maquillent pas, qui ne portent que des pantalons, donc pourquoi les hommes ne feraient pas ce qu’ils veulent eux aussi ?! Dans les magazines féminins, on peut lire ‘piquez une chemise dans la garde-robe de votre conjoint’ mais on ne lit jamais l’inverse.”»

Un lien vers Le Nouvel Observateur pour rétablir des vérités : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1201021-jupe-et-rouge-a-levres-pour-les-lyceens-fausses-accusations-et-detournement-ignoble.html

1 Source 1 : L’Express du 15 Mai 2014 : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/theorie-du-genre-comment-l-uni-fabrique-de-fausses-polemiques_1543610.html

Source 2 : Yagg du 16 Mai 2014 : http://yagg.com/2014/05/16/jupe-et-genre-comment-luni-fabrique-de-fausses-polemiques-lexpress/

2 http://asso.i-hej.com/pas-de-hej-2014/2671-2014-05-13-presse-ocean-academie-de-nantes-femmes-hommes-portons-l-egalite

3 http://asso.i-hej.com/images/editeur/articles/2014/2014-05-14_Paris_Normandie.pdf

(lu 7 fois)

asso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.